Le merle et le cerisier     (à la manière de …)

Episode de vie animale dans mon jardin, une délicate cohabitation. 

 

Dame merlette sur un arbre perchée

Ecoutait au jardin un chant harmonieux.

Qui appelait ainsi d’une si belle voix ?

Au lever du soleil il s’était rapproché.

Venait-il du pommier, tout rabougri et vieux

Ou bien du jeune tronc promettant plein de noix ?

 

Descendue sur la mousse pour chercher un gros ver

Elle picorait, sautait, surveillant  malgré tout

Le gros chat  du voisin, un gourmand noir et blanc.

L‘animal gambadait parmi les primevères.

En n’ayant l’air de rien  ce fieffé matou

Prenait l’air du matin, mais il faisait semblant !

 

Le chant s’est enhardi, long et mélodieux

Merlette s’est envolée  échappant au greffier.

Un  mâle paradait et de son beau bec d’or
Sortait une chanson venue du haut des cieux

Depuis les grappes blanches des fleurs du cerisier.

Ils préparent un nid  et voient le chat qui dort : 

 

Le danger reste là, mais ils  sont vigilants ;

D’autres pelages blancs, noirs, gris, beiges ou roux

S’invitent au jardin,  y cherchant aventure. 

Le nid bien arrimé pour les futurs enfants,

Leur offrira  un gîte bien chaleureux et doux

Et les cerises à point, un vrai festin futur.   

 

Si j’étais un oiseau, je parcourrais le monde

Je vocaliserais en ami des artistes.

Dans les deux hémisphères, puisque la terre est ronde

Je chanterais le jour pour tous ceux qui sont tristes, 

Pour les ornithologues, ces passionnés amis.

La nuit je bercerais les rêves d’endormis.

 

Si j’étais un oiseau, un petit ou un grand

J’irais à tire d’aile comme un fier messager,

Apporter de la paix, lancer mon plus beau chant.

En hôte des jardins  ou furtif passager

Je saluerais bien fort  mes amis jardiniers 

En leur offrant du bec un rameau d’olivier.

 

Laurette Meschenmoser

Écouter la lecture de ce texte : https://www.mixcloud.com/radio-mne/avosplumes29/