Je suis petit Mano et je suis juste assez haut pour regarder et écouter les oiseaux. Après tout, il
paraît que c'en est un, d'oiseau, qui m'a déposé quand je suis né et c'est là que tout a commencé.
J'ai de la chance, quelque soit l'endroit où je me trouve dans mon chez-moi, ils se relaient du matin
au soir dans leurs battements d'ailes.
Quand à peine je me réveille, il y a ceux que je ne vois pas mais que j'entends seulement.
Avec le jour, j'ai tout le temps pour observer leurs activités. Et quand le temps le permet, je peux
sortir sur le balcon et encore mieux les voir et les entendre me parler.
Dans la pénombre, ils forment un ballet pour regagner leurs pénates.
Lorsqu'il fait sombre, les hiboux et les grenouilles se répondent.
Ma mamie connaît tous les noms des oiseaux. Je ne les retiens pas, mais après tout, qu'importent
leur plumage, leurs prouesses ou leur chant : leurs noms m'échappent pourtant je les connais, les
reconnais, je sais exactement où les voir.
Maman me dit cuicui, coincoin, coucou hibou. Moi je réponds chouette ! Et je ferme les yeux et je
m'envole. En haut de l'arbre avec le moineau, qui vient des fois jusqu'à moi, maman dit qu'il me
surveille. Attention si je fais des bêtises !
Mais qu'est-ce que c'est ce drôle d'oiseau ? Papa me dit que c'est un avion, qu'on n'en voit plus
guère, pas autant que les hélicoptères en ce temps de guerre.
Si j'étais un oiseau je voudrais partager tous ces moments en leur compagnie, voler de l'un à l'autre
pour leur dire que grâce à eux le monde est plus beau et joyeux : à côté du corbeau qui casse les
noix sur le macadam, avec les cigognes qui picorent des graines récemment plantées dans le champ,
dans l'étang avec les canards, avec les hiboux pour avoir droit de sortir la nuit même si ça me fait un
peu peur.


Delphine STEHLIN

Écouter la lecture de ce texte : www.mixcloud.com/radio-mne/avosplumes48