Colères  de  canards

Soutenez la pétition pour le respect de la condition du canard (www. coincoin.fr) et venez nous rejoindre à la manifestation (décentralisée au bord des mares).  Les banderoles seront les bienvenues, soignez vos slogans !  

On vous rappelle les griefs et les revendications de notre collectif :

Primo : on demande à l’Académie Française de cesser de nous assimiler à une situation très désagréable pour les humains (nous on s’en bat l’aile) : le « froid de canard ».  On propose à la place un « froid de pingouin » ou de « manchot ». Aux pôles ça ne dérangera personne.

Secondo :  c’est scandaleux de nous  confondre avec un bout de papier journal qui ne supporte  même pas l’eau, c’est un comble !  Il paraîtrait même qu’on peut être « enchaîné », nous les grands voyageurs ! On suggère au Ministre de la Culture  de retirer du langage courant  l’expression «lire le canard» à remplacer par «lire le nénuphar».

Tertio : notre conversation en « coin-coin » est bien articulée et sans fausse note.  Les « canards » n’ont pas leur place dans les flons-flons ou les fosses d’orchestre.  C’est une insulte injustifiée.  On demande aux  chefs de fanfares et de Philarmonies d’appeler «un couac, un couac», et rien d’autre !

Quadro : et c’est le pire, un vrai scandale : donner notre illustre nom de famille à  un morceau de sucre  qui s’imbibe de liquides toxiques (pour nous) et y fond très vite pour disparaître,  alors qu’on ne boit que de l’eau ! « Canards à l’eau de vie, au Rhum ou au café » : on exige des Larousse, Robert et Cie de retirer de leurs dictionnaires ces expressions déshonorantes ! On propose  «barboteurs fondants ».

Laurette Meschenmoser 

Écouter la lecture de ce texte : www.mixcloud.com/radio-mne/avosplumes52