Mon ténor adoré

 

Dans son habit noir

Sans chemise blanche ni papillon noir

Il entre dès l’aube en scène

Nul besoin de mécène.

Son hymne à la lumière me réveille

Ses trilles sous le soleil m’ensorcellent

Tu jalonnes ton territoire

Quel régal pour l’auditoire

Avant la nuit tu finis le récital

Quelle quiétude, quelle  harmonie finale.

Si j’étais un oiseau, je serais ta copine.

Oh, la coquine ;c’est cela d’ être câline.

Merlette je ne suis pas.

Amoureuse me voilà

 

Ginette  B

Écouter la lecture de ce texte : www.mixcloud.com/radio-mne/avosplumes53