Début  avril 2020,  18 heures.  Je rentre  du jardin.  Que vois  je tournoyer  autour  de  la grange  de chez  Michel  Freard, ferme de la Hamardiere ? À n'en  pas  douter,  cet animal  à  longue  queue et à  gorge  rougeâtre  ne peut être  qu'une  hirondelle. Soudain,  elle  pique  droit  vers  l'intérieur,  vers son nid de  l'année  dernière  je suppose.  Puis  ce ne fut pas une seule mais  une  petite dizaine  qui s'y sont  donné  rendez-vous  dans  les  jours  suivants.  Elles  ont  ensuite  dégoté  une flaque  d'eau  boueuse  à  côté  de  l'étable.  Et là,  ballet ininterrompu  pour consolider,  colmater  les  précieux  nids. Ma présence  ne semblait  pas  les  gêner,  toutes affairées  qu'elles étaient  à  leur  minutieuse  besogne.  J'espère  que  les  oisillons viendront  se poser en rang d'oignons  sur le toit du cabanon, comme  il y a deux ans,  attendant, gorge  déployée,  la becquée de leurs  parents.

Guylaine Lairy

Écouter la lecture de ce texte : www.mixcloud.com/radio-mne/avosplumes56