Voleurs, mais pas bêtes

 

On dit que les pies sont voleuses, mais dans la nature, il y a de plus grands voleurs qu’elles. C’est ce que j’ai pu constater un beau matin de ce printemps colmarien.

Dans la propriété voisine pousse un immense tilleul. Et c’est presque au sommet de cet arbre qu’un couple de pies a décidé de construire son nid, profitant des brindilles tombées au sol lors des derniers jours. Et puis, la semaine dernière, les travaux ralentirent fortement. Pourquoi donc ? Était-ce le vent qui les gênait ? Avaient-elles trouvé un endroit plus judicieux pour s’établir ?

Un jour, alors qu’elles étaient revenues à leur tâche, deux corbeaux vinrent les importuner en croassant vigoureusement à leur encontre. Mais stoïques, les pies n’abandonnèrent pas. Las, les corbeaux s’en allèrent. Pourtant, les jours qui suivirent, la construction n’avançait guère.

Et voilà qu’un matin, mon attention fut attirée par de nouveaux croassements. Je regarde vers le tilleul. Et là, je vois un corbeau tout près du nid, à bouger des brindilles. Le second, le brailleur, est sur une branche plus basse. Le premier prend son envol et voilà que le deuxième s’approche à son tour du nid, prend une grosse brindille dans son bec et l’emporte. Quels voleurs !

Ils auraient pu s’approvisionner sur le grand tas de brindilles qui avaient été balayées et qui se trouvaient à peine à quelques mètres de l’arbre, tout de même ! Mais c’était plus facile de prendre un élément déjà trié ! Pas bêtes les corbeaux !

L’avantage pour nous, c’est qu’ils n’ont pas eu l’idée de s’installer là ! Nous ne les aurons pas comme voisins, ouf !

Eh bien, si j’étais un oiseau, je ne serais pas un corbeau, mais une fauvette à tête noire qui nous ravit tous les jours avec son chant mélodieux.

Marie-Thérèse HALTER.

Écouter la lecture de ce texte : www.mixcloud.com/radio-mne/avosplumes65